Le rôle du Centre de traduction a été officiellement élargi en 1995 à la suite de la modification du règlement fondateur du Centre, en vue de renforcer la coopération interinstitutionnelle dans le domaine de la traduction.

  • Dans un premier temps, le Centre a été autorisé à étendre ses activités de traduction et activités connexes aux institutions et organes de l’UE disposant de leur propre service de traduction. Ce type de coopération repose sur une base purement volontaire, mais permet au Centre d’absorber les éventuelles surcharges de travail de ces institutions.
  • Ensuite, le Centre devait participer à la coopération interinstitutionnelle en vue de rationaliser les méthodes de travail et de réaliser des économies d’échelle globales.

À ce titre, il est membre à part entière du Comité interinstitutionnel de la traduction et de l’interprétation (CITI), qui est l’enceinte de coopération entre les services linguistiques des institutions et organes de l’UE. Les représentants du Centre rencontrent régulièrement leurs collègues des services de traduction des autres institutions afin de discuter de sujets d’intérêt commun (recrutement, échanges de personnel, formation, technologie dans le domaine linguistique, etc.) et de prendre des décisions sur des projets communs (notamment sur des outils interinstitutionnels comme la base de données terminologique IATE, le système de traduction automatique MT@EC et la mémoire de traduction Euramis).