Réunion annuelle internationale concernant les services linguistiques, la documentation et les publications (IAMLADP) 2018

Le Centre de traduction a participé à l’édition 2018 de la Réunion annuelle internationale concernant les services linguistiques, la documentation et les publications (IAMLADP). Cette année, du 26 au 28 juin, l’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), une agence de l’ONU, organisait la manifestation à Montréal. À l’occasion de cet événement, plus de 110 participants, représentant une cinquantaine d’organisations internationales, s’étaient réunis.

a Réunion annuelle internationale concernant les services linguistiques, la documentation et les publications (IAMLADP) constitue le plus vaste réseau de responsables d’organisations internationales employant des prestataires de services linguistiques et de conférences, essentiellement des traducteurs et des interprètes. Ainsi, la réunion IAMLADP représente une communauté d’environ 10 000 linguistes professionnels. Le Département de l'Assemblée générale et de la gestion des conférences des Nations unies (New York) assure la présidence permanente de la réunion IAMLADP.

Les participants ont été accueillis par le chef de l’administration de l’OACI. Ce dernier a réaffirmé l’importance du multilinguisme et a exposé les différents défis liés à la nécessité d’obtenir davantage de résultats avec moins de ressources, de dispenser une formation tout au long de la vie à son personnel et d’intégrer de nouvelles technologies telles que la traduction automatique et l’intelligence artificielle.

On relèvera l’aspect particulièrement important, pour l’ensemble des organisations internationales, de la séance entre pairs consacrée à la question cruciale de l’intégration de la traduction automatique. L’utilisation des technologies neuronales semble avoir fondamentalement changé la donne en matière de traduction automatique, et l’on peut s’attendre à ce que la qualité de la traduction automatique s’améliore et à ce que ses résultats deviennent de plus en plus exploitables au fil du temps. Force est de constater que la traduction automatique a de beaux jours devant elle, et qu’elle est en train de bouleverser la façon dont les traducteurs travaillent. Rappelons également qu’elle s’inscrit dans un ensemble de ressources proposées aux traducteurs (au même titre que les mémoires de traduction, les outils de recherche de corpus, les bases terminologiques, etc.). Il ne s’agit donc pas d’une solution miracle qui viendrait tout régler, d’un simple coup de baguette magique.

Les participants ont également abordé le concept de «reprise», un terme employé dans certaines organisations pour faire référence à la réutilisation de traductions précédentes au moyen de mémoires de traduction. Les discussions ont porté sur les différentes manières d’évaluer les bénéfices (en termes de productivité, mais aussi de réductions des coûts) résultant de l’identification de différents types de concordances (concordances complètes, concordances partielles, concordances contextuelles/parfaites, répétitions, etc.).

Les participants ont examiné les principaux résultats obtenus par la communauté IAMLADP, en particulier les initiatives communes de formation grâce auxquelles les organisations participantes bénéficient d’un formidable instrument leur permettant de dispenser une formation pratique à un coût raisonnable en profitant de l’expertise interne disponible au sein des organisations internationales.

Pour clore la réunion, les participants ont adopté un certain nombre de conclusions stratégiques issues de la réunion annuelle IAMLADP 2018. Les membres de IAMLADP sont encouragés à partager des informations sur les politiques et les pratiques en matière de multilinguisme, à innover en ce qui concerne les outils technologiques, mais aussi dans la sélection, la formation et la gestion de leur personnel. Les organisations internationales doivent dès lors se tenir au fait des nouvelles technologies dans le domaine de la traduction et de l’interprétation et continuer à développer conjointement du matériel de communication afin de promouvoir la carrière des linguistes au sein des organisations internationales et intergouvernementales.

Les membres de IAMLADP ont également souligné la nécessité pour les États membres de fournir des ressources spécifiques à leurs services linguistiques et de conférences afin de leur permettre de s’acquitter pleinement de leur mission, une condition sine qua non pour assurer l’accessibilité et la dimension inclusive des services qu’ils fournissent.

La prochaine réunion IAMLADP se tiendra au sein des institutions européennes à Bruxelles, en juin 2019.